Écrivez-moi Télécharger

Presse

  • 300 mairies du Pays d’Auge, par Philippe Dorléans dcembre 22

    A l’occasion de la rencontre avec le photographe Philippe Dorléans, l’écriture d’un article pour le Pays d’Auge mettant en valeur, je l’espère, ce beau, complet et original travail de série.

  • Clin d’oeil: Calendrier de l’Avent à Saint-Pierre-sur-Dives dcembre 18

    Un ultime clin d’oeil… au Pays d’Auge, en cette fin d’année 2015.

  • L’Antirouille fête déjà ses deux ans ! dcembre 13

    Dimanche 13 décembre, à l’occasion de l’anniversaire des deux ans du bar l’Antirouille, à Caen, Isabelle présente un extrait de la nouvelle série de Street Art sur le thème du CRI, de la révolte, de l’impuissance, de l’envie de violence ou de résignation : cette nouvelle série s’intitule: “L’écrit qui tue – Le cri qui tue”. Tags de NYCHOS et de TONE.

     

    Découvrez l’Antirouille :

    https://fr-fr.facebook.com/lantirouille.caen

    29 rue Caponière, Caen

  • Au cinéma LUX, exposition “Danger de mort” juillet 06

    L’exposition “Danger de mort” est présentée au cinéma Lux du 6 juillet au 13 septembre à travers 60 photographies.

    Découvrez  les jeunes talents bulgares de cette collection dans l’onglet “Expositions”.

    Pour en savoir plus sur le cinéma Lux, cliquez ici

  • Photimages d’hier… et d’aujourd’hui juin 15

    Découvrez ce très beau site, de photographies anciennes et actuelles, animé depuis plusieurs année par Eric Darvoy: http://photimages.canalblog.com

    Des expositions, des extraits de livres, des photos d’hier et d’aujourd’hui, un incontournable! Comme le dit lui-même Eric Darvoy, photimages est un “photoblog consacré principalement aux reconductions photographiques et aux cartes postales anciennes sur lequel j’aime mettre à l´honneur les manifestations ou projets traitant de ce thème et du patrimoine en général”.

    Ce lundi 15 juin, Lisieux, Mézidon-Canon et Saint-Julien-le-faucon rencontrent l’Est … de la France!

  • Mise en abîme … un clin d’oeil … au Pays d’Auge et aux Nouvelles de Falaise juin 05

    C’est un “clin d’oeil” dans un clin d’oeil.

    En effet, depuis le début du mois de juin, Isabelle joue le rôle de correspondante de presse pour le journal Le Pays d’Auge (bi hebdomadaire: parutions le mardi et vendredi) ainsi que pour le journal “Les Nouvelles de Falaise” (hebdomadaire: parution le jeudi) et remplit consciencieusement sa page ou double page du canton de Saint-Pierre-sur-Dives.
    Des articles, avec un goût prononcé et avoué pour les portraits de gens ou de lieux, des photographies, et chaque fois qu’elle le peut, pour l’oeil du lecteur, l’assemblage d’un choix de photographies.
    Une raison de plus pour acheter et lire Le Pays d’Auge et Les Nouvelles de Falaise !

  • “Graffitis & Cie” à Mézidon-Canon juin 03

    Découvrez une série de graffitis spécialement concoctée pour les enfants, au centre culturel Jacques Brel, à Mézidon-Canon.

    Pensiez-vous que les graffitis étaient seulement violents? Seulement pour adultes? Découvrez un ensemble très axé Bande Dessinée….

    Exposition déjà visible à ce jour. Les panneaux, de grande taille, seront bientôt fixés en hauteur, grâce aux toutes nouvelles cimaizes du centre  Jacques Brel qui viennent d’être installées.

  • Varna foto fest 2015 mai 16

    Isabelle a eu l’heureuse surprise d’être sélectionnée – sans avoir concouru -, par l’alliance française de Varna, pour le festival international de photographie Varna Foto Fest, en Bulgarie. Ce grand et long festival (mai à juillet 2015) présente les oeuvres de vingt artistes photographes issus de divers pays. Isabelle représente la France.
    Pour en savoir plus sur le programme du festival et les artistes invités, cliquer ici.
    Les galeries qui ont été choisies par les organisateurs pour illustrer le travail d’Isabelle sont:
    “Nouveaux reflets de Vitocha” du 16 au 31 mai 2015, (à découvrir dans l’onglet “Expositions”)
    galerie municipale des Beaux-Arts de Varna

    et:

    “Le passage du temps à Sofia” (Juillet 2015)

  • Le clin d’œil du poète mai 05

    Le clin d’œil du poète

    Des confettis roses bonbon dans les rues : Un insolite carnaval lexovien serait-il passé par là ? A moins qu’un mariage tout en rose n’ait eu lieu, dans un généreux jeté de pétales sur les trottoirs.

    Ou serait-ce encore le vent, qui dépouille les arbres de leurs splendeurs éphémères, et arrache aux cerisiers du Japon et autres prunus leur robe de printemps ?

    Qu’importe ! A Lisieux, c’est décidé, on voit la vie en rose !

    Le Pays d’Auge, 5 mai 2015

  • Café culture à Saint-Julien-le-Faucon avril 25

    Sympathique succès pour ce premier café culturel organisé par Isabelle à Saint-Julien-le-Faucon, le village où elle réside. Anciens ou enfants, toutes les tranches d’âge étaient représentées, autour des photos, des boissons et gâteaux (merci à toutes les petites mains!).
    Le préau de l’école de la Vie était finalement, à la place de la salle des fêtes, un grand endroit aéré où se retrouver. De nombreux habitants du village ainsi que des curieux des environs et quelques élus sont venus découvrir ces étranges photos dans lesquelles le passé et le présent se mêlent et se rejoignent.
    Le quiz de l’histoire du bourg et des environs a complété ce panorama historique. Animation à poursuivre à Saint-Julien-le-Faucon !
    Découvrez la galerie photo avec ses curieux effets de “mélanges” dans l’onglet “Expositions”.

  • Festival “Printemps balkanique”, Lisieux, exposition “Neige à l’Est” avril 02

    La neige de l’Est s’expose en grands formats, tout le mois d’avril, à la médiathèque André Malraux, Lisieux, également dans le cadre du printemps balkanique organisé par l’association Balkans-transit.

    Voir les photos de l’expo dans l’onglet “Expositions”.

  • La métafofose avril 01

    La métafofose: Voici une nouvelle écrite pour ma fille Julie, et qui lui est dédiée. C’est aussi une nouvelle écrite en 3 jours à sa demande expresse pour le concours de nouvelles organisé par le CRL sur le thème “La métamorphose”.
    Juste le temps de faire un tour au grenier afin d’y retrouver, dans les cartons du déménagement encore fermés, les livres de conte pour enfants que je lui lisais à l’époque.
    Juste le temps de parsemer mon texte d’une structure répétitive à la mode des contes d’autrefois, et irrémédiablement ancrée au 3 décembre.
    Juste le temps enfin, de filer à Caen – il était trop tard pour poster la lettre avant le jour J – et de remettre, directement aux bureaux du Centre Régional du Livre, cette histoire.
    On nous y prévenait que seul l’unique gagnant du concours (un seul premier prix) recevrait un courrier.
    Néanmoins j’ai tout de même reçu ce sympathique courrier m’informant que le jury avait retenu ma nouvelle dans la toute dernière présélection de 5 textes.
    Un concours presque gagné à l’arrache, en 3 jours, à un cheveu ou à un jour près ? Peut-être, un 4 décembre…

  • Festival “Printemps balkanique”, Caen, exposition “Tags de l’Est” avril 01

    L’association “Balkans transit” organise de nombreuses manifestations, concerts et expositions lors de la dixième édition de ce festival.
    Le bar “L’antirouille”, 25 rue de la Caponière à Caen, reçoit l’exposition d’Isabelle: “Tags de l’Est” du 1° avril au 12 mai 2015.
    Très sympathique vernissage samedi 4 avril à 19 heures avec les musiciens de l’atelier musical d’Amavada, dirigé par Olivier Riquart. Merci à eux et à Mattei !

    Voir les photos de l’expo dans l’onglet “Expositions”.

  • Francophonie 2015, Bulgarie, Sofia mars 17

    Présentation du parcours artistique, de l’engagement d’Isabelle en Bulgarie, et de ses deux livres sur Sofia, à l’université de Sofia.

  • “Un hiver à Sofia” à la librairie Les grands chemins, Lisieux mars 13

    Du vendredi 13 mars au vendredi 24 avril, Catherine Marin-Pestel et la librairie Les grands chemins à Lisieux, place de la République, reçoivent l’exposition “Un hiver à Sofia” contenant de nombreuses photographies inédites.

    Voir les photos de l’expo dans l’onglet “Expositions”.

  • Tous à vos cartes! Café-culture à Mézidon-Canon, samedi 14 février 2015 fvrier 10

    Ce samedi 14 février 2015, Isabelle organise avec la bibliothèque et l’office Culturel de la Vallée d’Auge (OCVA) le premier café culture à Mézidon-Canon.
    Elle présente le projet d’un livre d’art sur l’avant et après dans la région, accompagné d’une exposition de photos doubles: même lieu, même cadrage, époque différente.
    Un grand merci aux collectionneurs de cartes postales qui ont amené leurs trésors ! Grâce à eux, Isabelle a pu étoffer sa banque de données afin de poursuivre sa recherche photographique des lieux d’autrefois.

  • Les déchirures se dévoilent au café Costa, Lisieux janvier 06

    Quelques photographies échappées de la série Déchirures voyagent au café Costa, à Lisieux.
    Evolution d’une œuvre urbaine au Costa

    Depuis une semaine, le café Costa accueille sur ses murs des photographies, partie d’un travail plus vaste, intitulé « Esthétique de la déchirure ». Quelques portraits féminins, un travail très contemporain, dont les teintes vives s’accordent parfaitement aux fonds orangés des murs du café.
    Partir d’une affiche vouée à une disparition prochaine, une affiche en évolution : lente expulsion des pigments par le papier, migration vers le bleu de toutes couleurs, bleuissement des chairs, approfondissement des regards, pupilles chargées du mystère physique du passage des saisons. Ainsi le temps crée un tableau. Par le hasard de la main traînante du passant. Par le hasard des jeux du colleur d’affiches. Superpositions aléatoires et surprenantes. Œuvres conjuguées de l’homme, du soleil, de la pluie, du vent et de la neige.
    Mais l’œuvre est aussi celle de l’artiste : Choisir l’affiche : repérer un regard, une bouche, l’essentiel de ce qui constitue un visage. Cadrer dans le visage disparu, l’espace qui fut son existence.
    Choisir l’instant: attendre que l’œuvre du temps soit idéale, la maturité de l’affiche parfaite. Cueillir le fruit par l’acte photographique à son summum de beauté artistique.
    Le cerveau du spectateur recréera le visage à partir des éléments survivants à la fracture du temps.
    Le cadre de ces tableaux exposés n’est ni de bois ni de métal. Le cadre de ces visages disparus – ressurgis autrement est celui de notre regard : le spectateur participe à l’acte créatif.